Aller au contenu. | Aller à la navigation


Outils personnels

This is SunRain Plone Theme
Vous êtes ici : Accueil / Quelle place pour le "roman national" dans l'enseignement de l'histoire de France ?

Quelle place pour le « roman national » dans l’enseignement de l’histoire de France ?

Une mise au point de Saadi ALLIOUA, professeur au Lycée Antoine Watteau de Valenciennes. Synthèse d'un travail présenté en stage de formation continue.

INTRODUCTION : L’expression « roman national » est une expression popularisée par Pierre Nora en conclusion de ses Lieux de mémoire. L’historien l’a empruntée à un sociologue, Paul Yonnet, mort en 2011 et auteur en 1992 du Voyage au centre du malaise français, l’antiracisme et le roman national. Jusque-là, Yonnet était essentiellement connu pour ses recherches sur les « faits sociaux contemporains » : famille, mode, sport. Dans cet ouvrage, il soutient la thèse d’un effondrement du récit national par l’émergence, dans les années 1980, de l’antiracisme adossé aux « droits de l’hommisme ». Il y évoque une diabolisation du roman national par les élites françaises, en lien avec une France alors dominée par la gauche au pouvoir et marquée par le renoncement à la grandeur, au sens et à la remise en cause de l’ordre dominant. Il décrit l’antiracisme comme « une utopie de substitution » et parle d’une « utopie panethnique » ayant succédé à l’utopie marxiste. La xénophilie dominante confine à la haine de soi et écarte l’idée d’une assimilation républicaine.

La formulation du titre de cette intervention nous amène à un double questionnement. D’un côté, il s’agit d’un raisonnement sur le temps long, sur la longue durée, autour de la place que le « roman national » a occupée et occupe encore éventuellement aujourd’hui au sein de l’enseignement de l’histoire de France. D’un autre côté, il convient d’aborder le « roman national » comme matériau à la disposition de l’historien et de l’enseignant afin d’étudier un certain nombre de phénomènes : la construction de la IIIème République / la colonisation / le patriotisme français dans le contexte de la rivalité franco-allemande / la place de l’école dans la construction de ce patriotisme et de la République, donc de ce qui relève du « patriotisme scolaire ». Cela met à notre disposition un certain nombre de sources pertinentes, susceptibles de renouveler notre approche historique.

Quant à cette approche historique, elle se veut multiple, notre réflexion constituant à la fois une réflexion en matière d’histoire de l’éducation en France à partir de la IIIème République, d’histoire culturelle, plus précisément d’histoire des représentation, surtout à propos d’un récit historique pouvant être fortement orienté. A ce titre, les réflexions menées par Anne-Marie THIESSE dans La création des identités nationales (1999) et Dominique Schnapper dans La communauté des citoyens. Sur l’idée moderne de nation (1994) sont particulièrement éclairantes. La seconde estime ainsi que « l’École, qu’elle soit directement organisée par l’État ou contrôlée par lui, est l’institution de la nation par excellence ».

Enfin, il s’agit évidemment d’un thème à l’actualité incontestable, pouvant être liée à un certain nombre de polémiques et de débats : ministère de l’immigration et de l’identité nationale / réformes des programmes d’Histoire-Géographie, dont celle du collège / Importance du vivre-ensemble dans une société plus ou moins fragmentée / primaires au sein du parti Les républicains, Nicolas Sarkozy estimant que tout Français doit se sentir descendant de « Gaulois » / Contexte d’une société gagnée par une certaine nostalgie, comme l’indique l’actualité de l’édition. Notre étude se fera donc en deux temps : le premier temps constituera une analyse dans un registre historiographique, afin de saisir les origines et les caractéristiques du roman national, ainsi que son évolution, tandis que le deuxième aura une portée pédagogique, afin de voir quelle place le « roman national » pourrait avoir au sein de nos classes.

(la suite est à consulter dans les documents joints ...)

-le texte de présentation.

-Le diaporama associé.

-Les documents pédagogiques.

 

 

Roman national

Quelle place pour le « roman national » dans l’enseignement de l’histoire de France ?

Saadi ALLIOUA, professeur au Lycée Antoine Watteau de Valenciennes.